parkeon besançon

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Prime revente- la mobilisation des salariés Parkeon a payé

E-mail Imprimer PDF
 
Il faut comprendre et bien être conscient que s’il n’y avait pas eu autant de salariés aux réunions d’information collectives que nous avions organisées dehors, nous n’aurions pas pu négocier de la même manière. 

Ce n’est pas en restant isolé que l’on peut se défendre et acquérir des droits. 

Ce sont donc 3800€ qui seront distribués à chaque salarié au changement d’actionnaire.

Les prochaines avancées collectives que nous pourrons obtenir ne dépendront que de la capacité de chacun à se mobiliser le moment venu. Et la prochaine échéance est de taille: la revente de Parkeon et ses conséquences.
La CFDT obtient une Prime pour les salariés revente Parkeon

Il reste un goût d’amertume


Parkeon partage de la valeur de la revente
Mais cette prime, en définitive bien maigre face à celle que va avoir la direction à la revente, arrachée en dernière minute après un véritable forcing auprès de la direction, n'effacera pas ce que nous avons vécu depuis 2011: 
  • Baisse de l'effectif et donc augmentation de la charge de travail. 
  • Investissements minimalistes, ne permettant pas une réelle pérennité du site Bisontin.
  • Pression salariale qui a permis l’économie de plusieurs millions et fait que 75% des salariés ont perdu en pouvoir d'achat sur leur salaire de base.
  • Adoption d'une politique de prime au détriment d'augmentations de salaires
  • Dégradation de la santé des salariés, attestée par les médecins du travail, les “pétages de plomb” et l’absentéisme.
  • Externalisation d'une grande partie des développements logiciels, notamment en Pologne.
  • Baisse d’engagement des salariés. 
Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

Adhérez à la CFDT

Adhérez à la CFDT PARKEON

80 ans d'histroire de Parkeon

03.jpg
Les subprimes par Groland